Il était une fois, le roi Nabuchodonosor qui avait un songe très étrange et important. Toutefois, lorsque le roi s’est réveilla, il l’a oublié... Alors, le souverain terrible a rassemblé tous les sages de la Babylone, et leur a ordonné de résoudre le problème, de lui raconter son songe oublié. Naturellement, les devins et les magiciens lui ont poliment répondu : «Ô, le grand seigneur, c’est absolument impossible! » Alors, Nabuchodonosor s’est mis en colère et a ordonné de chasser tous les sages de la Babylone. Quand c’était le tour de Daniel, il s’est porté volontaire pour résoudre ce problème.

Effectivement, le contenu du rêve est extrêmement important. Nabuchodonosor a vu, dans son rêve, la structure de la civilisation de la période eschatologique où nous vivons actuellement. La statue symbolise l'ordre mondial créé par la main humaine. Par conséquent, il est représenté sous forme d'un grand homme artificiel.

Toutes les civilisations sont construites au moyen de leur intégration dans le système des énergies de la Création. D’abord, ce sont des énergies spirituelles, suivies par des énergies mentales, puis ce système est réalisé sous une forme matérielle. La particularité de la civilisation de la période eschatologique est son échelle universelle. Sa création commence à partir de la fondation de l’être. Les codes de la Création sont récupérés dans le point des forces spirituelles les plus élevées, dans le domaine des tétramorphes. Ainsi a été créé le nouvel ordre mondial existant, c’est le seul mode de vie selon lequel vit, aujourd'hui, l'ensemble de l'humanité. C’est exactement ce système que Nabuchodonosor a vu dans son songe.

Le concept du songe est basé sur une opposition de l'idée du mode de vie naturel, créé par Dieu pour l'humanité, et du mode de vie contre nature, inventé par l’homme avec l'instigation du diable. L’être est créé par le Créateur au moyen de la réfraction et de la dissolution de la puissance divine. Au commencement du Monde la lumière est intègre; à la fin (ou en bas de l’être) la lumière se dissout complètement jusqu’à l'état d’un "néant", l’état de "l’abîme des eaux." Puis, le Seigneur appelle de cet abîme des flux de nouvelles forces qui façonnent le monde visible matériel.

L'homme est censé de rassembler tout l’univers en une seule unité, l'emballer dans son esprit, pour ainsi dire, et de le rendre entièrement à Dieu. Cela se fait à travers le Sauveur, parce que c’est Lui qui représente la Création. L’Agneau eucharistique (Celui qui est préparé sur l'autel) est comme un colis dans lequel est emballé l’univers ; puis l'église terrestre l’envoie sur le Trône de Dieu.

Le Tout-Puissant l’examine et apporte des modifications (conformément à la demande de l'église terrestre) et Il télécharge, pour ainsi dire, le programme mis à jour dans l’ordinateur de la Création. Un nouveau cycle des énergies existentielles se met en marche, et des changements se produisent dans un monde environnant. Tel est le fonctionnement du mode de vie naturel, dans lequel toute la Création est constamment renouvelée, de sorte qu’il n'y ait pas de place pour l'entropie et la mort.

Cependant, les impies construisent, d’un siècle à l’autre, une civilisation caïnite faite par la main humaine. Elle est basée sur un principe diamétralement opposé. Pas sur la glorification de Dieu, mais de l'homme. Dans le point du cœur humain où le monde se rassemble en une seule unité, et sous l'ordre naturel, commence un mouvement eucharistique vers le haut (glorifiant le Créateur) ; ils font violer des codes spirituels de l’être, et tout le système se précipite vers le bas, dans l’abîme des eaux, dans le domaine de la désintégration jusqu’à l’état du « néant ».

Ainsi, est créé un mode artificiel de la vie qui conduit à la mort. Sur cette énergie de la désintégration est construit le Nouvel ordre mondial existant.

La statue du rêve de Nabuchodonosor est un exemple d’un système civilisationnel, construit sur l'énergie de la désintégration. Vient d'abord la tête d’or. Elle symbolise un ordre civilisationnel intègre dans lequel toute la puissance de l'énergie de l'univers est rassemblée et soumise à un seul monarque. Ici, le roi terrestre remplit la fonction de Dieu. C’est un modèle théocratique dans laquelle le sacrifice eucharistique réel ne se fait pas, car l'ensemble du système est concentré sur le monarque, sur l’homme. Tout lui appartient : le pouvoir, la puissance et la gloire. C’est pourquoi Daniel dit ceci:

Le Livre de Daniel, ch. 2

37 Toi, ô roi, roi des rois, à qui le Dieu du ciel a donné l'empire, la puissance, la force et la gloire,

38 entre les mains de qui il a livré, en quelque lieu qu'ils habitent, les enfants des hommes, les bêtes des champs, les oiseaux des cieux, et qu'il a fait dominer sur eux tous: c'est toi qui es la tête d'or.

Ainsi, la tête d'or est un modèle civilisationnel, un modèle du règne impérial, dans lequel toute l’énergie de l’univers est concentrée sur le monarque. Ce système modélise un système réel de l’être, cependant, il ne glorifie pas Dieu, mais l'empereur. Ainsi, il est déjà artificiel et ne correspond pas au Projet de Dieu, à cet ordre de vie naturel que nous commençons maintenant à construire. Comme la tête d'or n’est pas rendue au Tout-Puissant, le mécanisme de la désintégration se met en marche déjà dans cette période. Puis, l’énergie de l’être intègre se réfracte en deux composantes fondamentales, en force intérieure et force extérieure.

32 Cette statue avait la tête d'or fin, la poitrine et les bras d'argent, le ventre et les cuisses d'airain,

33 les jambes de fer, les pieds en partie de fer et en partie d'argile.

Une énergie constitue l'Eglise, l’autre - l'État. D’abord va l’intérieur, puis l’extérieur. Mais ces deux forces coexistent ensemble, comme les deux têtes de l'aigle, comme le patriarche et le président. Par conséquent, Daniel décrit ce système, d'une part, successivement, et, d’autre part, dans un ensemble dans la même phrase.

39 Après toi, il s'élèvera un autre royaume, moindre que toi, puis un troisième royaume d'airain, qui dominera sur toute la terre.

Il y a d'abord la poitrine d’argent et les bras de la statue. Ils symbolisent la respiration, la spiritualité, c’est-à-dire l'Eglise. La foi et l’enseignement spirituel et idéologique représentent une fondation de l'existence humaine. Ils créent une forme appropriée de la structure gouvernementale (l'esprit crée la forme). C’est pourquoi, le symbole de la spiritualité possède des bras.

Après le symbole de l'Église suit un symbole du système étatique «  son ventre et ses cuisses étaient d'airain ». C’est un système social qui dirige la vie des citoyens dans une certaine direction. Le ventre est une vie, les cuisses un mouvement.

Le système civilisationnel où le pouvoir est divisé en pouvoir royal et ecclésiastique, était propre à la société traditionnelle. C’est le cas des empires byzantin et russe. Ces formes ne sont absolument pas idéales pour le peuple orthodoxe, puisque l'énergie de l'univers n’y est pas rassemblée dans l’unité eucharistique. C’est pourquoi, ils étaient destinés de se retirer de la scène de l'histoire, en fait.

La forme suivante de l’ordre civilisationnel, généré par la genèse de la désintégration, est symbolisée par les jambes de fer. C’est une période du premier décret de Lénine par lequel l'Eglise est séparée de l'Etat.

Autrement dit, c’est un système du Nouvel Ordre Mondial, c’est le XXème siècle et notre époque. Le fer, dans le système du symbolisme biblique, signifie des «technologies». L'industrialisation, le progrès scientifique et technique, l'informatisation, le réseau électronique mondial, toutes ces inventions caïnites ont atteint un niveau du développement très élevé dans la civilisation actuelle. Tout est emmêlé par des technologies, y compris l'église. La pensée même de l'humanité est devenue comme du fer, pragmatique.

Néanmoins, ce n’est encore une forme définitive de la civilisation de la désintégration. Nous vivons actuellement dans une période de la première bête. Le clairvoyant a été placé sur le sable. Des matières mouvantes, dans le système du symbolisme biblique, signifient un effondrement. « La bête sortant de la mer » est une civilisation de l’effondrement, composée de la population réduite en poussière. La dernière forme de l'être fait par la main humaine sera une civilisation de « la seconde bête sortant de la terre ». Dans la statue, c’est la partie la plus basse qui lui est attribué, les pieds posés par terre. Ici, ils ont une double nature, il sont en partie de fer et en partie d'argile.

L’argile est une «poussière de la terre », c’est une essence naturelle et matérielle dont est composé le corps biologique de l’homme. Le fer est une nature artificielle, ce qui est contre nature, inventé dans les laboratoires caïnites et produit dans les entreprises high-tech. Les technologies de l’avenir sont actuellement dans un état embryonnaire, en principe, mais il est tout à fait possible d'imaginer comment sera ce monde. La nature humaine sera mélangée avec la nature artificielle et le corps humain deviendra un organisme biocybernétique.

Le Hollywood et les créateurs du genre maçonnique nous décrivent, sans relâche, ce «nouveau monde magnifique» de l'avenir... Et le prophète Daniel parle clairement de la modification génétique de la nature humaine:

43 Si tu as vu le fer mêlé à l'argile, c'est qu'ils seront mêlés de semence d'homme; mais ils ne tiendront pas l'un à l'autre, de même que le fer ne peut s'allier avec l'argile.

L'argile de potier signifie qu’il s’agit de la membrane biologique, du corps humain.

 

 

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir