La nature des formes sacrées des mots

Le principe de la construction

L’exemple de la construction
Un peu de pratique

Chers frères et sœurs, il nous reste de faire deux ou trois émission sur le schisme, puis nous reviendrons au Dogme du Royaume des Cieux. Il nous reste également d’éclairer quelques derniers sujets. Puis, si Dieu le veut, nous procéderons à la construction du premier Temple spirituel en automne, selon toutes les règles, comme cela se faisait dans l'ancienne église. Nous allons apprendre à interagir avec la force du Saint-Esprit.

Mais, dans cette émission, examinons des questions en rapport avec la nature de la prière et les principes de sa construction. Il nous faudra bien comprendre ce sujet.

La nature des formes sacrées des mots

Dans le slavon, le mot «siècle» a plusieurs significations. Pour les distinguer, il faut comprendre de quoi s’agit-il. En règle générale, les formules du temps ont une construction très souple et créative. Toutes les prières sont écrites dans un état d’un haut vol créatif. De plus, les choses qui sont décrites dans les psaumes et les prières, nécessitent un vol de l’esprit à haut degré, ce que l'on appelle une inspiration.

La formule du temps est un plafond de la pensée divine, devant laquelle la sagesse se taie et la contemplation de l'amour du Père commence. Par conséquent, les pères inspirés de notre Eglise ont réduit la formule du temps à la forme la plus vaste, les variantes peuvent être nombreuses. Les saints pères utilisaient délibérément une forme extrêmement vaste pour de ne pas entraver le vol de l'âme, pour ne pas l’encastrer, d’avance, dans un certain cadre. La prière vivante, qui coule du cœur et recouvre tout, et l'homme, et le monde, a toujours besoin de la liberté absolue. L’amour créateur envers Dieu est incompatible avec les restrictions et les règles. Par conséquent, nous devons être en mesure de lire la poésie des textes sacrés rédigés avant la réforme de Nikon. Tout comme les originaux des psaumes, et tout ce qui a été composé par l'inspiration du Saint-Esprit, tout ce qui a une nature poétique, en premier lieu. Par conséquent, à l’époque de l'ancienne Russie, le côté formel des textes était réduit au minimum. Cela concerne particulièrement des mots les plus importants qui détiennent un sens sacré profond. Lors de leur écriture, ils se transformaient carrément en hiéroglyphe, en symbole graphique, et cette forme n’était pas tellement dictée par le désir d'économiser de l'encre, mais parce que cette forme était beaucoup plus appropriée pour les textes sacrés.

Les linguistes modernes essaient de transmettre des nuances les plus infimes de la langue ancienne, mais ça ne sert pas à grand chose. Il faut connaître les clés de la connaissance secrète de l'ancienne église. L’Esprit donne naissance à la forme, et non vice versa. Lors de la traduction des textes sacrés, il est beaucoup plus important de connaitre la sagesse secrète, que les langues et l'écriture des anciens peuples, parce que même les anciens auteurs ne tenaient pas d’envelopper les sens hautement spirituels dans une forme exacte. C’est tout simplement impossible. Les lettres ne sont pas en mesure de contenir des volumes vivants et volumineux du contenu spirituel. D’autant plus, qu’il y a des choses indicibles.

Le principe de la construction

Ainsi, toutes les options des formules du temps doivent, tout d’abord, être lues d’une manière poétique. Il est nécessaire d’imaginer le reste, en se basant sur le contexte. Le même mot «siècle» est utilisé partout, mais en fonction de la situation, il signifie des phénomènes différents. En général, tous les mots qui constituent la formule du temps peuvent être divisés en deux groupes: le premier groupe est constitué des noms, indiquant tout simplement qu’il s’agit de notre monde qui est dans un état du temps (« siècles »), ou du monde du siècle futur qui est dans un état de l'éternité (« siècle »). Ici, et les siècles, et le siècle sont présentés comme une réalité afin de guider les fidèles dans l'espace spirituel. Le deuxième groupe comprend les mots qui sont dans l’ablatif. Ils désignent les actions menées à travers les siècles ou le siècle. La nature de la prière est basée sur l'énergie de l’éternité, ou l’énergie du temps qui se rassemble dans l'éternité, c’est pourquoi de différentes formes des mots, tels que «pour le siècle au siècle», reflètent le principe de la prêtrise. Dans les conditions réelles, ces deux groupes sémantiques coïncident souvent, de sorte qu’une poésie spirituelle réelle se révèle, ici, comme dans la peinture ou la musique, il faut tout simplement avoir le goût et l'ouïe spirituels. Pour voir la musique intérieure de la prière, il faut connaître les clefs de la sagesse.

Les exemples de la construction

Si le mot «siècles» est au pluriel, il est question de notre temps dénombré en sept. S’il est au singulier, il s’agit du Huitième Jour, du monde du siècle futur. L’expression de la répétition double, comme «siècle siècle» ou «siècle du siècle», désigne l’endroit, le domaine du Huitième Jour, où l’Hypostase du Christ terrestre est croisé avec l’Hypostase du Christ céleste, et dans le centre du croisement est formé l'Ancien des Jours.

La formule «siècle du siècle» est une formule de l'éternité, la formule de l’ordre mondial du siècle futur: du Huitième Jour ou du Royaume des Cieux. Tels significations, grandes et fondamentales, se cachent derrière ces deux simples mots. Si le mot est dans l’ablatif et se termine par « -om » (en russe), il s’agit de la prêtrise, ou de la bénédiction, ou du rassemblement des temps dans un siècle intègre, ou ces deux actions sont réduits à un seul, de sorte que nous avons, simultanément, et la bénédiction, et le rassemblement, disons: «Béni soit notre Dieu toujours, maintenant et toujours, et de siècle au siècle ». Ici, nous bénissons Dieu par le monde du siècle futur. Si vous dites « de siècles au siècle », la bénédiction est faite, maintenant, par le domaine du royaume messianique. C’est un domaine du Tabernacle, situé au sommet de Sion de sept jours, et il se rapporte à notre siècle dénombré par sept. Ici, le temps se rassemble dans toute l’éternité. C’est ainsi que cela se lit.

De même, les formules du temps peuvent être constituées de deux parties. La première se réfère au temps, la seconde à l'éternité. Par exemple, dans le Psaume 45 : «Je rappellerai ton nom dans tous les âges : Aussi les peuples te loueront éternellement et à jamais » (Psaume 45:17). Ici, en dépit du fait que le temps est défini par le mot «pour le siècle» qui au singulier, il faut comprendre le siècle dénombré par sept, rassemblé en entier. Autrement dit, ici l'auteur élève notre esprit à l'époque du banquet messianique, quand l'Épouse du Christ mûrit à l’état du mariage avec son Epoux Céleste. L’Epouse est «pour le siècle», l'Epoux - «de siècle au siècle ». Cet événement se produira lorsque tous les peuples saints se rassembleront dans un sobor unique, le système du Nom de Dieu.

La formation du royaume messianique est une œuvre du peuple saint. Il faut construire, créer ce système. L'initiative vient de la terre. Elle ne descendra pas toute seule des Cieux, ne tombera pas sur nos têtes. C’est pourquoi il est dit que « ... Je rappellerai ton nom dans tous les âges... »

Ainsi sont lues des formules sacrées. Elles nécessitent des associations poétiques. Juste quelques mots et des profondeurs infinies et intéressantes s’ouvrent à nous.

Un peu de pratique

Après avoir compris les principes de la construction des formules du temps, nous pouvons construire nos prières dans l'Esprit de Vérité, alors le Seigneur nous accordera de l'inspiration, de la joie, de la force, tout ce qu'on appelle la grâce. Par exemple, si l’on veut s’adresser correctement à Dieu, alors, au début de la prière, il est nécessaire d'inscrire l'adresse suivante: « O Seigneur, ton trône du siècle en siècle ». Ou bien: «Seigneur, Tu demeures dans un siècle supérieur de la lumière éternelle, Ton royaume est dans le Huitième jour éternel et il n’a pas de fin. Soit miséricordieux envers le peuple pécheur russe qui a perdu la hauteur de sa foi et réside aujourd’hui dans la poussière de ce monde périssable ... » Ou, par exemple: «Sainte Marie, rassemble sous Ton voile de grâce tous les siècles de la Sainte Russie, élève tout ce qui est dévasté, confus et défaillant au siècle intègre et incorruptible ». Après vient la formule de la bénédiction: « Béni soit Ton Nom et le Nom de Ton Fils du siècle au siècle ». Autrement dit, nous bénissons par toute notre création, rassemblée en entier.

Ainsi, la nature de la prière du Nouveau Testament est une énergie de l'éternité, c’est pourquoi tous les textes liturgiques sont basés sur la formule du temps. Et si vous savez où sont les choses et comprenez l'essence de la prêtrise, votre âme entre dans un état créatif particulier, de sorte que la prière commence à couler du cœur et à composer la poésie. Ce sont ces prières, basées sur la sagesse divine et le processus spirituel et créatif vivant, qui atteignent Dieu au plus vite. Elles sont corrects, sincères, et selon la forme, et selon le contenu. Ces prières sont entièrement basées sur l'Esprit de Vérité. Pour l’Eglise Céleste, ces prières sont comme une nourriture terrestre, dont ils ont également besoin. Le Royaume de Dieu est structuré de telle manière que le Ciel nourrit la terre de son Pain Céleste, et la terre nourrit le Ciel de son Pain terrestre. Ainsi est réalisée l'union de la terre avec le Ciel dans un seul organisme du royaume divino-humain du Christ.

Avec le début de la pénétration des livres imprimés en Russie, notre peuple a commencé à perdre des connaissances sacrées sur la nature de la prière du Nouveau Testament, ce qui est devenu la cause du schisme, de la révolution et des guerres mondiales.

La prochaine émission sera consacrée aux preuves, si Dieu le veut. Nous allons montrer comment systématiquement, année après année, tout au cours de plus de deux siècles, la formule du temps était modifiée.

 

 

Add comment

Security code
Refresh